Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 12:30

Juillet 2012. 13h. Le match a lieu dans un peu plus d'une demi-heure. Les visages des joueurs sont concentrés avant cette rencontre de la plus haute importance. Pierre se fait rejoindre par Thomas et Antoine, qui commencent à discuter de la tactique à mettre en place. Arrive alors le dernier des génépistes joueurs, Félix, qui, pour l'occasion, a mis une casquette, pour masquer le fait qu'il a perdu la grande majorité de ses longs cheveux. Les quatre joueurs seront soutenus ardemment par leur plus fervente supportrice, Marion, qui ne peut pas jouer aujourd'hui en raison d'un genou douloureux.

 

13h30, après avoir passé les traditionnels contrôles de sécurité, mais cette fois, en survêtement et en short. L'accablante chaleur de l'extérieur se ressent également à l'intérieur du gymnase. Bonjour monsieur le responsable des sports, bonjour madame ... Et c'est parti pour l'échauffement sous trente degrés. Quelques exercices avec ballon pendant une dizaine de minutes, et voici les adversaires du jour qui se présentent.

 

Ils sont six, ont entre 20 et 60 ans, des maillots d'équipe de foot plus ou moins récents, et une motivation des plus importantes. Aujourd'hui, ils rencontrent ceux avec qui ils ont partagé des savoirs et des aptitudes durant l'année. Et voilà le début du match, en cinq contre cinq, sous les applaudissements de Marion, et l'oeil bienveillant du responsable du gymnase.

 

Félix donne le tempo de la rencontre en servant de métronome au milieu du terrain, tandis que son compère Antoine s'amuse avec ses gestes dignes d'un virtuose. Les deux musiciens en-dehors de l'arène révèlent leurs qualités d'artistes avec le ballon rond. Thomas fait parler sa science du jeu en adressant des ballons précis. C'est un véritable récital auquel on assiste là, grâce à une poésie de tous les instants, d'un côté et de l'autre du terrain.

 

L'équipe adverse n'est pas en reste ni en manque de talents. Les actions sont plus assurées, mieux maîtrisées par l'équipe qui évolue "à domicile". Les génépistes sont en manque de repères physiques, et craquent à plusieurs reprises sur des accélérations spontanées et fulgurantes. Les filets sont déchirés par la puissance des frappes, les poteaux résonnent à plusieurs reprises. Les visiteurs souffrent en raison de la chaleur, mais les quelques pauses décidées durant la rencontre permettent à chacun de retrouver un deuxième souffle, après avoir pris une grosse gorgée d'eau et une bonne bouffée d'oxygène à l'extérieur de la prison.

 

Le match reprend avec une intensité toujours aussi forte. Les équipes sont un peu mélangées. L'ambiance du jeu est toujours très bon enfant, avec des joueurs qui chambrent lorsqu'un petit pont est réalisé, ou lorsqu'une frappe vient déloger l'araignée dans l'angle supérieur droit des buts de handball. Thomas sort du terrain sur blessure, une vilaine plaie au talon qui le paralyse pour le reste du match. Il est remplacé par un autre détenu, qui assurait le ménage du gymnase, et qui développe une connaissance du terrain impressionnante.

 

Vers 15h40, les corps échaudés décident d'un commun accord de mettre fin à la rencontre sportive, mais continuent à échanger sur l'année qui vient d'être écoulée, ou sur l'avenir de tout un chacun. Pour certains, c'était le dernier contact avec le centre pénitentiaire. Pour d'autres, ce n'était qu'un au revoir. En tous cas, pour les personnes détenues, c'était un véritable moment agréable, nécessaire dans une terne vie entre quatre murs.

 

prison_football_1.jpg

 

[Photo Contrôleur général des lieux de privation de liberté, 2009, reprise dans Les Cahiers du Football, Une Lucarne de Liberté]

Repost 0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 10:52

 

Le GENEPI Nancy compte cette année 13 membres, qui interviennent pour la plupart au centre pénitentiaire de Nancy Maxéville.

Certains ateliers se déroulent directement au sein des maisons, d'autres regroupent les détenus dans des ateliers communs, qui se déroulent dans un bâtiment particulier, à vocation socioculturelle.

Les bénévoles assurent différentes activités, dans le domaine scolaire et socioculturel. Petit tour d'horizon :

 

  • Atelier Sciences, Environnement, Santé 
L'atelier Santé, Sciences et Environnement est un atelier qui permet aux détenus de s'interroger sur leur santé, leur environnement, ainsi que sur le vaste domaine que constitue les sciences en général. Il nous a semblé intéressant de le proposer car les thèmes que nous abordons les concernent directement. Le déroulement de l'atelier se fait par cycle,constitué de plusieurs interventions. Nous avons commencé par un cycle sur "L'ALIMENTATION", comportant trois interventions qui nous a permis d'aborder : Les besoins nutritionnels et les apports alimentaires chez l'adulte, le système digestif ainsi que les grands enjeux mondiaux concernant la famine, l'obésité et l'hygiène alimentaire. Pour bien commencer l'année nous débuterons un cycle faisant référence au sommeil et ses implications directes sur notre santé, pour poursuivre sur des thèmes tels que le développement durable, l'audition, la vision, les grandes épidémies au cours de l'Histoire...
A travers cet atelier nous avons pour objectif de faire découvrir ou redécouvrir les grandes fonctions de notre organisme, de sensibiliser atour des problématiques actuelles concernant l'environnement, étendre nos connaissances et savoirs sur le monde dans lequel nous vivons. 
Nous intervenons aussi en ayant comme but de favoriser le dialogue, la discussion et l'échange d'idées.
Cet atelier est proposé par Cyrielle et David aux hommes des différentes maisons du Centre Pénitentiaire.

  • Intervention Piano et solfège, avec Antoine. 

Cet atelier se déroule avec les hommes, au Centre de détention.

L'intervention consiste en l'initiation à la musique et plus particulièrement au piano et au solfège. Je pense que les futurs interventions se dérouleront de la même manière que la première avec l'étude du solfège et du piano en même temps. Après chaque notion abordée, on passe à la pratique sur l'instrument. Nous allons étudier un peu de classique, du jazz et à la demande d'un détenu, surement du reggae. Il y a trois participants à mon intervention pour l'instant avec tous un niveau de débutant mais ils ne demandent qu'à progresser et découvrir la musique.

 


  • Anglais à la Maison d'arrêt pour femmes, avec Ele
J'interviens dans la Maison d'Arrêt pour Femmes (MAF) de Nancy et je propose des cours d'anglais. Tous les jeudis, de 15h à 16h30 j'essaie d'enseigner l'anglais à un groupe de huit femmes, même si le nombre de participantes varie sensiblement d'une semaine à l'autre (l'intervention a malheureusement lieu en même temps que d'autres activités proposées) et que le niveau d'anglais de chacune des femmes est très différent. J'essaie donc de préparer un cours qui puisse toutes les intéresser. À certaines j'enseigne les bases (se présenter, les verbes fondamentaux...), à d'autres je propose des exercices qui leur permettent, j'espère, de se rappeler des cours suivis au collège et/ou au lycée. La seconde moitié du cours j'essaie de la consacrer à un débat sur l'actualité ou sur les spécificités des cultures anglophones. J'aimerais traduire et discuter un texte de rap US, voir un film comique et consacrer un cours ou deux à l'humour anglais, très particulier.
J'espère que ces huit femmes, dont certaines ont montré une réelle envie d'améliorer leur anglais, continueront à venir régulièrement à l'intervention car elle est j'espère, aussi enrichissante pour elles qu'elle l'est pour moi!

  • Anglais et cultures anglophones

Il s'agit de travailler la langue, en adaptant un maximum aux niveaux très différents selon les détenus, de faire au mieux pour que chacun ait appris quelque chose. Mais on traite également à chaque séance un sujet différent en rapport avec les cultures anglophones, ce pouvant être un sujet historique, musical, sportif ... et en rapport avec n'importe quel pays où l'on parle anglais.

Cet atelier animé par Charlotte se déroule avec les hommes de toutes les maisons du centre pénitentiaire.


  • Presse et actualité, à la Maison d'arrêt prévenus

Avec Thomas.

 


  • Initiation au code de la route

Avec Valentin, auprès des détenus de toutes les maisons.

 


  • Atelier initiation au droit

Avec Adèle

 


  • Culture générale à la Maison d'arrêt condamnés

Avec Lucie

 

  • Atelier culture générale au Quartier Arrivant

Avec Alicia

 

GENEPI-touch.jpg

Repost 0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 18:45

 

Alors voilà, comme un bénévole averti en vaut deux, il a fallu l'affronter ! Six nouveaux génépistes de Nancy sont allés la rencontrer, la grande, la sombre, la froide et venteuse prison de Nancy !


Le but de la manoeuvre est que chacun se sente à l'aise et sache où est sa place, une fois qu'il sera amené à se débrouiller seul dans ce mystérieux labyrinthe que forme le centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville.

Et puis, se cultiver un peu aussi, découvrir. Confronter les dires à la réalité. Enfin, je crois, parce que moi, ça fait un déjà un an que je la fréquente cette grande fille. Et elle n'a pas tellement vieilli depuis l'année dernière... Voir  Première Visite des Génépistes au Centre Pénitentiaire de Nancy-Maxéville (2009)

 

Une prison reste une prison, et ressemble surtout à une prison. Défilent inlassablement les couloirs, les grilles, les portes verouillées, les clés, les caméras, un tunnel (pour que les détenues ne rencontrent pas leurs homologues masculins, hop, sous terre !), et puis les salles de classe, d'entretien, les salles de muscu, de coiffeurs, les bibliothèques ... et finalement, derrière les murs, les hommes : les surveillants, nombreux mais le plus souvent seuls dans leurs bureaux vitrés, un par étage, n'ont d'autre choix que la communication par interphone et talkie walkie. Sans oublier tous ceux de l'administration, bien sûr, toujours entre énergie et une pointe de fatalisme.

 

Au début de la visite, point de détenus... comme si l'architecture cherchait à nous préparer à la rencontre... progressivement. et puis peu à peu, les voilà, ceux qui trainent, ceux qui travaillent, ceux qui discutent, qui rient de nous voir là, ceux qui tournent en rond et ceux qui vont avec l'air bien décidé. Nos futurs élèves pour certains.

Ceux qu'on espère voir très vite nombreux et motivés.

 

Diversité au GENEPI-copie-1

 

Merci au personnel du centre pénitentiaire d'avoir rendu possible cette visite !

Repost 0
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 16:40

 

Que dire pendant 1h30 ?


            C'est l'appréhension qui guette tout nouveau génépiste s'apprêtant à entamer ses interventions. Comment combler ce vide temporel par la parole ? Que raconter à des gens dont les préoccupations sont si différentes des nôtres ? Quand on songe à ses proches qu'on ne voit jamais, à l'odeur de l'herbe qu'on ne peut plus respirer, à ce procès dont le verdict se fait attendre ou à cette demande de permission qu'on craint négative ? Comment les intéresser ? Les faire participer ? Jusqu'à quel degré de complexité de contenu peut-on aller sans les perdre avec des détails futiles ?52---16-Interventions.jpg

            C'est vrai qu'avant la première intervention, les questions se bousculent au portillon, à l'image, je pense, d'un professeur qui va découvrir sa classe de 5ème pour un baptême pédagogique. Alors, pour conjurer le stress, on prépare, on lit, on cherche des documents, des supports, prévoit un « exercice » même si ce mot est bien souvent déguisé sous un terme plus neutre. Le but est d'intéresser mais aussi de marquer les esprits, en souhaitant que quelque chose reste à l'issue de la séance.

            Pour le choix du thème, on se dit finalement qu'il suffit d'en choisir un qui nous plaît, que l'on maîtrise et que les détenus, pas si différents ou plus vieux que nous, trouveront eux aussi leur content dans l'intervention. Et ça marche ! Grandes civilisations, Europe, réforme de l'orthographe, on peut tout aborder ! Il suffit simplement d'être passionné par son sujet !

 

            Quant à meubler le périmètre de l'horloge, on se rend vite compte que le temps manque plus qu'il n'abonde. Entre le passage des divers portes, le rassemblement du matériel, l'arrivée des détenus, l'appel et la présentation de la séance, cela va toujours vite trop vite. Et nous de nous retrouver à étaler sur deux séances une thématique dont on pensait qu'elle ennuyerait tout le monde...

            Et puis très vite aussi, le dialogue se noue, les langues se dénouent, chacun donne son avis, rapporte ce qu'il a vu à la télé, lu dans les journaux, vécu dans sa vie. A la naissance de l'échange, c'est toujours un immense sourire qui illumine nos visages. Cette communication là, c'est un moment d'humanité, c'est parvenir à passer hors les murs par l'esprit. Et à retrouver un véritable rapport humain. Ca paraît prétentieux comme ça d'affirmer que quelques minutes de discussion enjouée valent leur pesant d'or. Après tout, les codétenus ont le temps de papoter entre eux ou avec les surveillants, le courrier et les parloirs existent. Mais pour une fois, on parle d'Homme libre à Homme libre au sens où la pensée s'exerce librement. Car c'est finalement ça une intervention Génépi en prison, un espace de liberté.
Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 13:50

Activités pour les hommes détenus :


Connaissances du monde
 :


L’activité a pour objectif de permettre aux personnes détenues d’acquérir une meilleure connaissance du monde qui les entoure, à l’aide d’un planisphère et de photographies. Exemples de thèmes abordés : les sept merveilles du monde, la déconstruction de l’URSS et ses conséquences, les religions abrahamiques et dharmiques.

Lundi de 8h30 à 10h, avec Alexis.

 

Culture générale :

 

Nous avons mis sur pied un cours de "Culture générale". Derrière ce vocable générique, nous pouvons ainsi organiser des discussions autour de thèmes aussi divers que les cultures nippones et mayas, l'orthographe, la réforme du juge d'instruction ou encore l'Union Européenne. Loin de les ennuyer, ces sujets ardus suscitent l'intérêt et de nombreuses questions de la part des détenus, ce qui nous a réjouies. Nous pensons donc poursuivre cette activité l'année prochaine.

Mercredi de 14h30 à 16h, avec Angélique et Mathilde.

 

Introduction au droit :

 

Nous avons proposé des cours de droit où furent traitées des questions diverses du droit public au droit privé suivant les attentes des participants. Des thèmes d'actualités juridiques ont ainsi été abordés dans une ambiance sympathique et studieuse...

Par exemple, nous avons fait une présentation des différentes juridictions en France, en Europe et au niveau international; en détaillant les compétences des dites juridictions. Nous avons aussi expliqué comment une loi est élaborée, ou encore présenté les grandes institutions françaises, européennes et internationales.

Notre but était de donner aux participants des éléments de compréhension en matière de droit dans leur vie de tous les jours et de permettre un meilleur décryptage de l'actualité. 

Jeudi de 10h à 11h30 avec Elise et Julie.

 

Code de la route :

 

Cette activité consiste à passer des dvd du code de la route aux personnes détenues. Il est préférable d'avoir le permis de conduire pour pouvoir répondre aux éventuelles questions tout en sachant que la plupart ont déjà passé le permis.

A chaque séance, les personnes incarcérées passent un examen blanc, chaque question est suivie du corrigé et d’une courte explication. Le temps restant en fin de séance est mis à profit pour faire d’autres questions ou pour aborder des points précis du code de la route et de la conduite automobile.

Jeudi de 8h30 à 10h avec Marion.

Mardi avec Laura.

 48 - 18 Interventions

Activités pour les femmes détenues :

Bibliothèque :

 

La bibliothèque permet  aux personnes incarcérées d'emprunter des livres et de se détendre. Cette activité connait un fort succès. 

Jeudi de 9h30 à 11h, avec Alicia, Angélique, Camille et Cécile.

 

Expression en langue anglaise :

 

Les séances réunissent de 3 à 8 participantes avec lesquelles je revois les bases de la langue anglaise.

Nous choisissons ensemble des thèmes à aborder d’une semaine sur l’autre et je m’attèle  à trouver des textes et/ou chansons en relation de manière à faire de la traduction mais aussi à leur faire assimiler les règles grammaticales. Les thèmes choisis par les participantes reprennent souvent des questions de société : la peine de mort, les gangs, les gens du voyage… .

Il semble que ces séances sont perçues comme bénéfiques par les participantes malgré la difficulté à dispenser des enseignements à des personnes de niveaux relativement différents. 

Jeudi de 13h30 à 15h, avec Déborah.

 

 
Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 13:38
Photo-002-.jpg

Bibliothèque :

 

Nous avons assuré tous les mardis soirs la permanence de la bibliothèque du centre de semi-liberté de Maxéville. Les détenus qui le voulaient pouvaient ainsi en rentrant de leur travail ou de leur formation emprunter des livres ou des bandes dessinées. Quand ils ne savaient pas quoi prendre, nous leur demandions ce qu'ils aimaient et leur montrions ce qui pouvait correspondre à leurs attentes.

En plus de tenir la bibliothèque, nous avons aussi proposé de l'aide aux détenus demandeurs pour rédiger des courriers ou remplir des formulaires administratifs de toute sorte.

 

Mardi de 18h à 19h avec Julie et Kévin.

Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 13:30

 

Code de la route :

Mercredi de 14h à 15h et de 15h à 16h, avec Solène.

Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 13:02

52---15-Interventions-copie-1.jpgDécouverte du monde :

 

A travers des sujets d'actualité ou selon des thèmes choisis par les personnes détenues, mon activité consistait à apporter un éclairage nouveau sur les sujets tout en permettant un échange entre les participants.

Sujets abordés lors de cette activité : l'eau, la Chine et le commerce, les institutions européennes, les élections, etc.

Jeudi de 9h à 11h, avec Kévin.

 

Aide à la conception d’un journal :

 

A l'intérieur de la détention, une petite équipe de personne détenues assure la parution semestrielle d'un journal. L'objet de mon activité était d'aider les détenus à maîtriser l'outil informatique (tableau et Word principalement) en vue d'une mise en page plus facile et d'une parution plus fréquente.

Jeudi de 9h à 11h, avec Kévin.

Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 12:58

Bibliothèque :

 

Les personnes détenues peuvent chaque semaine venir emprunter romans, livres à thèmes, recueils de poésies, dictionnaires, bandes dessinées parmi un choix de plusieurs centaines de livres.

Mardi de 17h30 à 19h, avec Vanessa, Justine et Alexis.


 

Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 12:50


Atelier d'expression :

Jeudi de 9h à 11h, avec Isabelle et Virginie.

Repost 0

Présentation

  • : Genepi Nancy
  • Genepi Nancy
  • : Pour le décloisonnement de tous les lieux d'enfermement
  • Contact