Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:32

 13.-affiche-A-cote-.jpg



           
Le 20 janvier 2009, à l'occasion de la sortie du film «  A côté », documentaire réalisé par Stéphane Mercurio, 
montrant de quelle façon la prison pèse sur le quotidien des familles de détenus incarcérés au Centre de détention de Rennes, la Ligue des Droits de l'Homme, l'association d'accueil des familles de détenus (le Didelot), le Syndicat de la Magistrature et le GENEPI, en collaboration avec le Cinéma Caméo Saint-Sébastien de Nancy, ont souhaité organisé un temps d'échange à l'issue de la projection du film. Environ 50 spectateurs ont pu participer au débat.

Repost 0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:27

                                          

            Comme chaque année, le GENEPI a contacté les parlementaires en vue de leur rappeler qu'ils disposent d'un droit, celui de visiter tous les lieux privatifs de liberté. Pour l'année 2008-2009, de nombreux parlementaires nous répondu qu'ils ont déjà visité ou vont visiter les établissements pénitentiaires de leur circonscription.

 52---19-plan-ISP.jpg

            M. Christian ECKERT, député de Meurthe-et-Moselle, a souhaité nous rencontrer afin de mieux connaître notre association et d'avoir plus de détails sur les modalités des visites en détention. A l'issue de l'entretien le 8 janvier 2009, rendez-vous fut pris pour la visite de la maison d'arrêt Charles III à Nancy.

            Le 13 mars 2009, M. Christian ECKERT a visité l'établissement accompagné du président du GENEPI Nancy et a été reçu par Mme Aude CURTO, directrice de la maison d'arrêt. M. le député a effectué une visite assez complète des lieux, allant à la rencontre des détenus et des personnels avant de faire part de ses observations à Mme CURTO sur les conditions de vie en détention et l'état vétuste de son établissement.

 

            Le nouveau Centre Pénitentiaire de Nancy-Maxéville devant remplacer l'ancienne Maison d'arrêt Charles III permettra de fermer un site devenu inapte à des conditions de vie et de travail décentes pour les personnels et les détenus.
Repost 0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 12:50

 37---54-Controle-Droits-de-l-homme.jpg

            Le 5 décembre 2008, la Faculté de Droit a organisé, en collaboration avec la municipalité de Nancy, une conférence à l'occasion du 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

            A cette table ronde furent conviées : Mme Nathalie Deffains (maître de conférences à la faculté de droit de Nancy), Maîtres Vayssier-Catarame et Lyon (Avocats au barreau de Nancy) et M. Van Landeghem (Président du GENEPI Nancy). Chaque intervenant disposait de 30 minutes pour apporter un regard différent sur les droits de l'homme (respects des droits de l'homme en France, droits de la défense, droits des victimes, droits des détenus).

            A l'issue du tour de table, le public fut invité à poser des questions (60 personnes environ : étudiants, universitaires, avocats, autre public).
Repost 0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 12:48

 

            A l'occasion de la rentrée universitaire, le GENEPI Nancy a tenu un stand à la Faculté de Lettres les 9 et 10 octobre 2008 afin de présenter son objet et recruter parmi les étudiants du campus de futurs bénévoles. Environ une trentaine de personnes ont ainsi pu poser des questions aux membres présents et deux personnes furent recrutées à cette occasion.
Repost 0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 12:44

            La direction départementale de la jeunesse et des sports (DDJS) a invité le GENEPI Nancy à présenter ses actions auprès de jeunes porteurs de projets québécois en visite en Lorraine pendant une semaine. La rencontre a eu lieu le 3 octobre 2008, au centre régional d’information jeunesse (CRIJ) de Lorraine, à Nancy. 30 jeunes québécois et 10 français de tous âges ont, ainsi, pu découvrir le système carcéral français et les actions menées par le GENEPI. Cette rencontre leur aura peut-être donné l’envie de mettre en œuvre des actions de réinsertion dans les prisons canadiennes.
Repost 0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 10:59

 

Affiche            Du 19 mai au 2 juin 2008, des œuvres réalisées, lors des ateliers de M. Jeandel, professeur d’arts plastiques,  par des personnes incarcérées à la maison d’arrêt de Nancy, au centre de détention de Toul, et au centre de détention d’Ecrouves, ont fait l’objet d’une exposition à la Galerie Neuf à Nancy. Les génépistes du groupe de Nancy se sont relayés pendant deux semaines afin que l’exposition soit ouverte au public chaque jour.

 

            Un vernissage a été organisé à la fin de l’exposition, en présence de Laurent HENARD, député et adjoint au maire de Nancy, des directions des trois établissements pénitentiaires, du juge d’application des peines, du personnel du SPIP, d’enseignants et des artistes qui ont obtenu une permission de sortir pour l’occasion.

 

            Cette exposition a été un franc succès, comme le montre les nombreux messages de remerciements et d’encouragements qui ont été inscrits par les visiteurs sur le livre d’or de l’exposition. Le public pouvait acquérir la plupart des œuvres présentées. Les personnes détenues ont choisi d’offrir la somme qu’ils ont récolté à l’association Les blouses roses qui s’occupe d’apporter un peu de joie aux enfants malades du CHU Brabois à Vandœuvre-lès-Nancy.

Repost 0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 10:12

 

            Quatre génépistes du groupe de Nancy, Vanessa, Théophane, Pauline et Nabil ont décidé de jouer une pièce de théâtre tirée du célèbre recueil de textes Paroles de détenus. Cette pièce a été jouée à deux reprises pendant le Printemps des prisons 2008.

 

Sur scène, trois détenus, chacun enfermé dans une cellule. Tour à tour, ils racontent leurs vécus carcéraux. Avec des mots légers ou violents, ils expriment leurs interrogations, leurs peurs, leurs haines contre leur nouveau lieu de vie.

7.-Tous--Nancy-.JPG

            Le 5 mai 2008, c’est le théâtre du Saulcy sur le campus universitaire de Metz qui a accueilli la première représentation de Paroles de détenus, dans le cadre du festival de l’Actor’s café. Le public, composé d’environ 40 personnes a manifesté un vif intérêt pour le milieu carcéral lors du débat qui a suivi la pièce et qui été animé par Vanessa et Alexis du groupe de Nancy, et Marie-Caroline du groupe de Metz.

 

« La porte se referme.

J’y suis vraiment donc ?

Un doute subsiste encore. »

« Je pourrai peut être voir quelques uns de ces petits points brillants qui nous font tant rêver… Mais j’avais oublié le barbelé, au dessus de la fenêtre… Ce qui brille ce ne sont pas les étoiles, ce sont les lames. »

« Peut-on faire de la prison une épreuve constructive dans la vie d’un homme ? Peut-on ressortir grandi, renforcé d’un passage par la prison ? »

 

            Dès le lendemain, nos artistes amateurs sont remontés sur scène mais cette fois à Nancy, à la MJC Pichon. Ils ont, à nouveau, produit une prestation remarquable, devant un public plus nombreux puisqu’une soixante de personnes étaient présentes. Le débat, toujours animé par Vanessa et Alexis, a permis d’approfondir les connaissances de chacun sur la prison.

Repost 0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 10:03

 6.-Affiche-4-minutes-.jpg

            En collaboration avec le cinéma Caméo, Julien du GENEPI Nancy a organisé un débat à la suite de la projection du film allemand 4 minutes de Chris Kraus. Ce film, mal accueilli, à tort, par la critique, décrit le combat d’une professeure de piano qui découvre, en prison, une femme talentueuse, et qui fera tout pour qu’elle réussisse.

                

            Le  débat animé par Clémentine a permis à une soixantaine de personnes de discuter avec deux intervenantes au quartier femmes de la maison d’arrêt de Nancy, aussi membres de l’association le Didelot qui accueille les familles de détenus avant et après les parloirs. Le GENEPI Nancy les remercie d’avoir accepté notre invitation. 

Repost 0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 09:57

 

            La cité scolaire Georges de la Tour à Nancy a organisé une semaine banalisée sur les thèmes de « la Santé et de la citoyenneté » 25 mars au 28 mars 2008. Pendant quatre jours, les élèves du collège et du lycée ont eu l’occasion de s’informer sur différents sujets, tels que le tabac, le sommeil, le cannabis, l’alimentation, la sexualité, la gestion du stress, les premiers secours, le don du sang, le dopage, la prévention routière, ou encore l’écologie.

Dans le domaine judiciaire, la Protection judiciaire de la jeunesse est intervenue sur le suivi éducatif en milieu judiciaire, le Mouvement pour une alternative non violente sur la prévention de la violence, et la Maison du droit et de la justice est venue expliquer la responsabilité pénale. Quant au GENEPI, il a été chargé de présenter le milieu carcéral, successivement à 32 lycéens de seconde et à une classe de 25 élèves de première scientifique.

Repost 0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 10:38

Malgré un froid à ne pas mettre un canard dehors, ce sont plus de 200 personnes qui se sont données rendez-vous Place Stanislas, à Nancy, à l’appel d’une trentaine d’associations, de syndicats et de partis politiques dont le GENEPI Nancy, les invitant à participer à la Nuit des libertés publiques.

 Nuit-des-libertes-publiques--13-.jpg


Le 21 février, le Conseil Constitutionnel a validé le principe de la rétention de sûreté. Dorénavant un individu ayant purgé entièrement sa peine pourra être détenu indéfiniment sur une simple présomption de dangerosité. Au nom d’un devoir de précaution appliqué aux victimes et en dépit de l’impossibilité maintes fois répétée par le corps médical d’évaluer scientifiquement une telle dangerosité, la France adopte une législation en contradiction avec ses principes fondamentaux : à l’enfermement reposant sur la commission d’une infraction prouvée à l’issue d’un procès se substitue un enfermement reposant sur la possibilité future de commettre un crime.

 

Au-delà des fondements de notre droit, c’est notre conception même de l’homme depuis deux siècles qui est bouleversée. A l’homme doté de libre arbitre, responsable de ses actes et capable de choisir son destin, hérité du siècle des Lumières, succède l’homme dangereux, prédestiné au crime et au ban de la société, celui-là même qui a inspiré les régimes totalitaires du XXe siècle.

 

Déjà, les propos du Président de la République sur le caractère génétique de la pédophilie ou la nécessité de diagnostiquer dès l’âge de 3 ans les troubles du comportement pour lutter contre la délinquance laissaient craindre une telle dérive. Déjà le choix de créer un Ministère de l’immigration et de l’identité nationale et de fixer des quotas d’expulsion assimilait l’étranger à un homme dangereux.

 

Le 22 février, le Président de la République, en demandant au Premier Président de la Cour de Cassation de lui faire des propositions pour rendre la rétention de sûreté immédiatement applicable en dépit de la décision du Conseil Constitutionnel, exprimait sans détour son souhait de violer la Constitution dont il est le garant.

 

Déjà l’intervention du Chef de l’Etat dans tous les domaines de la vie publique, la réduction du rôle du Parlement à celui d’une chambre d’enregistrement adoptant des textes pourtant fondamentaux dans l’urgence, la reprise en main de la Justice, les menaces pesant sur l’indépendance des médias, étaient révélateurs d’un fonctionnement institutionnel fort peu démocratique.

 

Les organisations signataires appellent les citoyens à se rassembler Place Stanislas le Jeudi 20 mars à partir de 20H pour manifester leur attachement aux libertés publiques et aux valeurs de la République. Les bougies que vous apporterez symboliseront les principes inaliénables du siècle des Lumières.

 

Bien plus que de bougies, c’est armés de torches qu’une quinzaine de vaillants génépistes sont venus défendre les libertés publiques, et écouter les orateurs qui se sont relayés au micro pendant près de deux heures, quelques temps après l’adoption de la loi sur la rétention de sûreté par le parlement. Nous remercions sincèrement les personnes qui sont venues défendre les valeurs qui nous tiennent à cœur.

Repost 0

Présentation

  • : Genepi Nancy
  • Genepi Nancy
  • : Pour le décloisonnement de tous les lieux d'enfermement
  • Contact