Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 15:54

 

Au mois de juin dernier, le Genepi Nancy avait profité de la manifestation des Feux de la Liberté pour lire place Stanislas un peu de Camus, et plus particulièrement la description de l'enfermement vécu par le héros dans l'Etranger. (voir LES FEUX DE LA LIBERTE, 19 juin Place Stan pour l'article et la vidéo)

 

A cette occasion, nous nous étions tous replongés dans ce grand classique, et voici qu'aujourd'hui, notre Kevin national en ressort une critique, livrée telle quelle.

 

 

 

Albert CAMUS, L'étranger, 1942

 

On pourrait résumer ce roman ainsi : « L'Étranger décrit la nudité de l'homme en face de l'absurde. » En suivant le parcours de Mersault, le lecteur est brusquement confronté à la réalité de la société face à celle d'un homme, de cette confrontation nait l'absurde. Ce roman n'a cesse d'interpeller le lecteur sur le sens de la vie et la place de l'homme dans l'existence. Camus fait de l'absurde une arme efficace venant ébranler nos convictions et nos principes sans pour autant donner de clés nouvelles. L'Etranger suscite des  questions, c'est au lecteur de trouver les réponses.

 

Mersault, jeune et modeste employé de bureau à Alger, est  informé un jour du décès de sa mère à l'asile de vieillards de Marango où elle demeurait depuis 3 ans. Il se rend à l'enterrement où il ne verse aucune larme et ne se souvient que de la fatigue et de la chaleur de ce jour-là. De retour à Alger, il s'ennuie, il passe le dimanche à fumer sur son balcon en regardant l'agitation de la rue par la fenêtre. La semaine, il se rend au bureau. Il boit des coups, invité par son voisin qui veut être son ami. Il rencontre la belle Marie Cardona, ancienne dactylo de son bureau dont il avait éprouvé par le passé une certaine attirance... Mersault a une vie d'homme ordinaire, celle d'un homme sans histoire. Le récit se poursuit en cette suite d'anecdotes de la vie courante en mettant en lumière les différentes facettes de cet homme discret et plutôt solitaire sans que le lecteur n'arrive à totalement cerner sa personnalité. En fin de première partie, le drame que l'on sentait étrangement couver éclate  : « C'est là, dans le bruit à la fois sec et assourdissant, que tout a commencé. J'ai secoué la sueur et le soleil. J'ai compris que j'avais détruit l'équilibre du jour, le silence exceptionnel d'une plage où j'avais été heureux. Alors, j'ai tiré encore quatre fois sur un corps inerte où les balles s'enfonçaient sans qu'il y parût. Et c'était comme quatre coups brefs que je frappais sur la porte du malheur ».

Dans la deuxième partie du roman, l'histoire bascule alors dans un procès absurde où le moindre détail, le moindre fait de la vie banale de Mersault devient soudainement autant de preuves de sa culpabilité. L'homme sera finalement jugé par la société pour un crime bien différent de celui qu'il a réellement commis : « Quand la sonnerie a encore retenti, que la porte du box s'est ouverte, c'est le silence de la salle qui est monté vers moi, le silence, et cette singulière sensation que j'ai eue lorsque j'ai constaté que le jeune journaliste avait détourné les yeux. Je n'ai pas regardé du côté de Marie. Je n'en ai pas eu le temps parce que le président m'a dit dans une forme bizarre que j'aurais la tête tranchée sur une place publique au nom du peuple français. »

 

KVL

 

OC_thumbnailjpg.jpg

 

 

Je profite de cette belle initiative pour rappeler que tous les bénévoles et anciens bénévoles de Nancy et d'ailleurs sont encouragés à nous raconter ce qu'ils voient, entendent, lisent sur la prison pour alimenter ce blog !!

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by GENEPI Nancy - dans Culture prison
commenter cet article

commentaires

Jacimon 02/02/2011 22:44


Je souhaitais préciser que le roman l'Etranger s'inscrit dans les écrits d'Albert Camus sur l'absurde au même titre que Le Mythe de Sisyphe, Caligula et le Malentendu.

J'ai beaucoup aimé la lecture de ce roman et j'en recommande d'ailleurs la lecture à celles et à ceux qui aiment les livres qui viennent bouleverser nos habitudes de bien-pensant.


Présentation

  • : Genepi Nancy
  • Genepi Nancy
  • : Pour le décloisonnement de tous les lieux d'enfermement
  • Contact