Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 14:23

 

 

Jeudi 27 janvier, c'est la rentrée pour le GENEPI ! Une ISP à Longwy nous attend. Confirmé le lundi, il a fallu jongler entre la reprise des cours et les rappels des formations pour mettre en place en trois jours l'intervention. Il faut aussi trouver un moyen de s'y rendre dans cette merveilleuse ville, d'où l'auteur de cet article est originaire, situé à 1h20 de Nancy.

 

Accompagné de Cécile, et sa voiture tout terrain, nous arrivons avec 15 minutes d'avance à la Médiathèque de Longwy, où normalement, deux classes de secondes générales nous attendent, ainsi que des parents d'élèves. Nous découvrons l'auditorium où nous allons intervenir, la salle est flambant neuve. Fiers des vidéos préparées, travaillées, mais finalisées sur la route, impatients de les montrer à ces lycéens qui ne semblent pas vraiment savoir pourquoi ils sont là, nos premières désillusions éclatent !

 

L'enseignante avec qui nous avons mis en place l'ISP, nous explique, assez gênée mais remarquable par son sang-froid et son professionnalisme, que les mauvaises classes ont été appelés, donc que les élèves présents ne sont pas les siens. Sans sourciller, elle présente la situation à la vingtaine de seconde présents, qui devaient initialement être une cinquantaine. De l'autre côté de l'auditorium, ma camarade Cécile et moi comprenons qu'un autre souci se profile : personne ne nous avait prévenu qu'il fallait ramener le câble reliant l'ordinateur portable au rétroprojecteur. Nos vidéos tombaient à l'eau... Peut-être que le destin ne voulait pas qu'on puisse les diffuser, car 10 minutes plus tard, un responsable de la médiathèque nous ramène un câble, et le journaliste du Républicain Lorrain présent, envoyé en mission au lycée situé à quelques minutes, en ramena un autre.

 

Alors que nous poussons un OUF de soulagement, il s'avère que le rétroprojecteur ne fonctionne pas.... Pas grave, l'ISP doit commencer. On répond à quelques questions du journaliste, un étudiant de la faculté de droit de Nancy, puis on entame la présentation du GENEPI, tout en réfléchissant à ce qu'on pourra faire pour combler l'absence de vidéos. On expose le caractère particulier de la question de l'enfermement et des prisons.

 

D'abord dispersés, les lycéens furent rapidement plongées dans le débat, intrigués par ces étudiants, âgés de quelques années de plus qu'eux, qui pénètrent dans un univers qu'ils jugent sombre et dangereux : la prison. La séance débuta par un mini-Brainstorming afin de connaître leur vision de la prison : quels objectif d'une prison ? Quels termes s'y greffent ?

 

Armé de notre questionnaire (parfait !) du GENEPI, nous enchainons les questions afin d'ouvrir différents débats. Presque tout l'univers de la prison y passe, et les lycéens s'engagent dans la discussion : le quotidien, les liens avec l'extérieur, les rapports entre détenus, l'impact psychologique du quotidien sur les détenus, les rapports sexuels, les détenues enceintes, la réinsertion... Puis l'enseignante décide de pimenter le débat en se faisant « avocate du diable » : « des bonnes conditions de détention ? Mais ces délinquants le méritent-ils, après tout, ils le méritent. » Nos débats précédents ont du porter leurs fruits, tous les lycéens n'adhèrent pas, et certains critiquent cette vision des choses. Le débat dérive rapidement sur la question des délinquants sexuels, de la récidive. Les lycéens restent passionnés.

 

Ensuite, nous exposons brièvement les différentes condamnations qu'a subi l'État français pour ses conditions de détention. On évoque la surpopulation carcérale, tout en nuançant nos propos en ouvrant sur d'autres pays européens. Petit topo sur les Règles Pénitentiaires Européennes, puis on termine en leur présentant les prisons ouvertes. L'exposé est bref, plus ou moins convaincant, mais il apporte un débat, et c'est l'essentiel.

 

Au bout de 2h, les lycéens repartent, certains continuent d'évoquer le sujet, d'autres ont peut-être déjà tout oublié, ou en grande partie, mais le principal est qu'on ait pu apporter ce débat, apporter une réflexion, des contradictions aux idées pré-établies.

 

L'enseignante semble satisfaite, et nous informe de la volonté d'autres enseignants de nous faire intervenir auprès de leur classe, en espérant que tout se passe comme convenu cette fois-ci...

 

Cerise sur le gâteau, un bien bel article du Républicain Lorrain :

 

 

 

prison1.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Genepi Nancy
  • Genepi Nancy
  • : Pour le décloisonnement de tous les lieux d'enfermement
  • Contact