Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 15:57

Article paru dans l'Est Républicain en page / Evénement Nancy

Charles-III de l'intérieur

Amorce de dialogue dans cette maison d'arrêt vétuste, promise à destruction, dans deux ans...

Des détenus au vernissage d'une exposition en prison, ce n'est pas courant. La tenue, dans la foulée, d'une table ronde sur « l'évolution des conditions de détention » est encore plus exceptionnelle. D'autant que la discussion réunissait hier après-midi à Nancy, derrière les épais murs de Charles-III, des détenus, la directrice et son adjointe, des représentants d'associations d'aide aux détenus, des personnels du service de probation, un magistrat du TGI de Nancy. Témoins : des journalistes.

L'administration pénitentiaire a-t-elle changé de politique, comme l'assure la directrice ? Ou les consignes sont-elles d'éviter que les associations dénonçant « les conditions inhumaines de détention en France » monopolisent la parole sur le thème des prisons ? Echéances électorales en perspective.

Le dialogue fut timide, pour cette grande première. Sur les 330 détenus actuellement incarcérés dans cet établissement de 262 places, douze seulement ont accepté de participer à l'échange. Il faut dire que les conditions de détention restent déplorables, malgré les réels efforts déployés par la nouvelle directrice, Aude Curto, qui assure vouloir conjuguer « le bon ordre pénitentiaire avec le respect des droits de la personne ».

Mais la prison de Nancy date de 1857. Odeurs de vieux bois, relents de cave, puanteurs rances dans des cellules de 9 m2 pour six détenus couchés sur des lits superposés dont certains sommiers sont en tôle avec des trous dedans. L'été, avec la chaleur et la surpopulation, c'est l'enfer !

Les gardiens tentent au mieux de répartir les hommes, mais leur bonne volonté a des limites. D'autant qu'un taux non négligeable de détenus souffre de problèmes psychiatriques plus ou moins aigus. Certains observateurs assurent qu'il frôle les 40 % !

 Charles-III-de-l-interieur--autorise--.jpg

La prison de Nancy date de 1857...                                      Photos Serge LALISSE


Bruits de la ville à proximité...

 

Les cellules du rez-de-chaussée ont été refaites, pas les autres. Les douches sont sommaires. Les murs lépreux. Le moindre bruit résonne dans des coursives ouvertes sur deux niveaux. Le décor de « Prison Break » n'est pas loin, mais ce n'est pas du cinéma. Les cris font froid dans le dos. L'écho des gâches électriques qui se referment... Clic !

« Le bruit des trains à proximité de la prison, ça me donne le moral, peut-être un peu d'espoir », a dit un détenu, un jour, à un étudiant qui faisait du bénévolat au centre de documentation. François Lecompte, 23 ans, a relevé les paroles. L'étudiant de l'association Genepi, venu mener des activités socioculturelles avec les détenus, a porté ces mots au bas d'un de ses dessins au crayon à encre.

« Dès que je suis entré ici, j'ai voulu comprendre. Etant architecte, j'ai commencé à dessiner... » Douze croquis des intérieurs de Charles-III sont accrochés dans le couloir de l'espace réservé à l'enseignement. La directrice a donné son autorisation. Nouvelle preuve d'ouverture.

François Lecompte a voulu montrer « qu'ici, le temps n'existe presque plus. L'espace est cloisonné. On n'a plus de repère. Le bruit de la ville derrière est important. J'ai peur qu'avec la construction de la nouvelle prison, au Haut-du-Lièvre, on perde ça... »

Déménagement prévu en 2009.

 

Philippe MERCIER

© L'Est Républicain - 08.02.2007

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Genepi Nancy
  • Genepi Nancy
  • : Pour le décloisonnement de tous les lieux d'enfermement
  • Contact